Séries du printemps, première partie

Publié le par Jacut

Comme j'ai quatre jours de vacances avant mon futur stage chez un éditeur bien connu d'animes à Paris, et que, miracle, ces quatre jours coïncident avec le début de la saison d'animation printemps 2008, je me suis dit "et pourquoi pas parler un peu des nouveaux animes que j'ai vus sur mon blog ?". Me voilà donc de retour après une longue absence pour vous présenter la vingtaine de séries dont j'ai vu le premier épisode (et parfois le second), en commençant aujourd'hui par Macross F, Tower of Druaga, Kure-nai, Blassreiter et Code Geass R2. Bonne lecture !

 

Macross Frontier :

On commence par le dernier opus de la célèbre saga SF de Shoji Kawamori, le très attendu Macross F, réalisé par le studio Satelight (Arjuna, Aquarion, Noein…). Le premier épisode était sorti pour Noël dans une version « Deculture » un peu différente de la version de ce printemps (un tiers de modifié quand même !) et avait déjà fait parler de lui en bien à cause de qualités de production assez hallucinantes et du fameux buzz « nyan nyan ».
On a donc droit d’entrée à une animation somptueuse et des scènes d’action comme j’en ai rarement vues, ainsi qu’une réalisation largement au dessus de ce que l’on nous propose à l’heure actuelle. Le scénario est déjà bien en place après deux épisodes, tout comme les personnages, qui, si ils ne sont pas particulièrement novateurs, rentrent bien dans les archétypes Macross avec comme d’habitude un bon vieux triangle amoureux (et deux très bons personnages féminins d’ailleurs), la chanson comme thème important etc... A noter d’ailleurs que la bande originale est signée Yoko Kanno et que la dame (qui revient ici à ces premières amours : le classique) s’est cette fois encore surpassée, car à l’écoute des premiers thèmes j’ai l’impression d’entendre du Brain Powerd ou du Escaflowne, c’est dire.
Pour résumer, Macross F, c’est de la bonne grosse production très réussie, bien plus que Gundam 00 il y a quelques mois, avec des sentiments, de l’action, de la SF, un rythme très élevé, en bref, que du bon.  La série prend directement place derrière les excellentissimes Macross et Macross Plus, mais finira selon toutes probabilités bien au dessus du récent Macross Zero, du moyen Macross 7 et du décevant Macross II. A voir sans hésiter.

Très bon (8-9/10)

 

Tower of Druaga :

Issu d’un très vieux jeu d’arcade de Namco des années 80, Tower of Druaga : The Aegis of Uruk est le premier anime à être diffusé directement en streaming le jour même de sa diffusion TV au Japon, et ce, après sous-titrage professionnel en anglais par son studio de production (Gonzo) et BOSTV. Cette solution est proposée par Gonzo pour contrer à long terme le fansub et pourrait bien devenir une alternative à celui-ci, revêtant donc un intérêt certain pour l’industrie de l’animation japonaise.
Si l’on enlève le côté business et que l’on s’intéresse à l’anime proprement dit, ToD (tiens ça me rappelle un joueur de War3 ça) commence par un premier épisode parodique du meilleur goût dans un univers heroic fantasy assez classique, puis enchaîne sur un second beaucoup plus normal. Autant le premier épisode m’a fasciné par son ambiance et son intelligence, autant le deuxième m’a paru totalement moyen, car plus sérieux et du coup, moins  original.
Les personnages ne sont en effet pas transcendants, le scénario est vraiment basique pour l’instant et même si j’ai l’impression que Gonzo a prévu pas mal de surprises pour la suite (un épisode « normal » était par exemple diffusé sur des réseaux vidéo japonais en parallèle du premier épisode parodique qui se déroulait dans le rêve du héros, et le second contient une scène de fausse romance que j’ai trouvé assez réussie) et que je sens un certain potentiel en cette série, je vois mal dans quel sens ça va évoluer pour le moment.
En plus, le fait que l’anime soit produit par Gonzo ne me donne absolument pas confiance pour la suite (j’ai une aversion récurrente pour ce studio et ses productions médiocres), mais rien que pour le format de diffusion, je vais probablement continuer à regarder cette série somme toute sympathique, car il est totalement impossible de regarder la seconde série de Gonzo en streaming légal actuellement de toutes façons.

Bon (6,5-7,5/10)

Kure-nai :


Ahhh Kure-nai ! Mon petit chouchou de ce début de saison printemps est produit par le très bon studio Brains Base (Baccano, Kamichu, Innocent Venus…), qui réussit ici un tour de force aussi bien artistique que technique quasi miraculeux.
Doté de palettes de couleurs, de chara designs et d’une qualité d’animation à faire pâlir d’envie le studio Ghibli (si si, à ce point là…), Kure-nai est adapté d’une série de nouvelles et donne la part belle aux références littéraires, le « Dit du Genji » en tête (hum hum, Murasaki ?) et au développement de personnages aussi réalistes que subtils. La relation entre Shinkurou et Murasaki sera d’ailleurs sûrement le point le plus important de la série, c’est pourquoi elle est si minutieusement travaillée. En plus, les deux premiers épisodes nous présentent toute une galerie de personnages secondaires très attachants, et l’on se sent comme immergés dans l’œuvre après seulement quelques minutes de visionnage, c’est dire la qualité de cette série.
Que dire d’autre, à part que le scénario s’annonce comme très mystérieux et prenant et que les deux génériques sont très originaux et donnent une envie folle d’en voir plus de ce petit bijou ? Un des trois incontournables de la saison, et pour l’instant, la série la plus prometteuse.

Excellent (9-10/10)


Blassreiter :

Bon je ne vais pas m’étendre sur cette « série » diffusée elle aussi en streaming sous-titré légal. C’est du Gonzo dans ce que le studio a de plus mauvais (c’est dire…), un univers glauque par le réalisateur d’Angel Cop et Gantz (super) qui met en scène un motard justicier et ses potes qui chassent des démons dans un univers futuristique, le tout en images de synthèse immondes (Gonzo nous a habitués à mieux quand même) et en 2D mal maîtrisée, avec une animation saccadée et des personnages d’une platitude incroyable. De la mauvaise SF violente sans scénar’ et avec des persos minimalistes qui nous rappelle pourquoi le grand public a encore des préjugés sur l’animation japonaise. Pas besoin de deux épisodes pour détester cette série, non, un demi voire un tiers suffit amplement. A la trappe.

Faible (3,5-4,5/10)

 

 

Code Geass R2 :
Que dire qui n’a pas déjà été dit sur cette série ? Code Geass, c’est un peu l’émotion et l’action portés à leur paroxysme, un mélange de Clamp pour le design et de ce que Sunrise a de meilleur pour l’animation, avec une réalisation de Goro Taniguchi (plus dans un style s-CRY-ED que PlanetES), un héros Yagami Light-esque (entendez pseudo Shakespearien) et des filles superbes qui pullulent un peu partout sur l’écran. Une sorte de Gundam SEED en plus commercial et original en somme (comme si c’était possible…).

Et bien la seconde saison ne déroge pas à la règle, on a de tout ici, un scénario percutant et bien inspiré (malgré ce que diront certains ;)), un rythme ultrarapide, des myriades de personnages hauts en couleur, une overdose de Karen, des révélations dramatiques à longueur d’épisode et un maelstrom visuel ébouriffant qui donnent au final une série ressemblant plus à un rouleau compresseur qu’à un simple anime.
Au moins, Sunrise sait comment se servir de son immense budget, et le fait avec classe, tout le monde pourra en convenir, que l’on soit fan ou pas. Les seules nouveautés sont finalement les génériques que je trouve très bons, surtout l’opening (je sais je suis le seul mais tant pis), mais l’ending se défend pas mal aussi avec ses jolies illustrations de Clamp.
Ma recommandation ne sera donc pas très originale, si vous avez aimé la première saison, sautez dessus, le premier épisode est un semi recap, semi reprise du premier épisode de la première saison (peu original donc), mais le deuxième, totalement original, vaut complètement le détour tant il fait avancer le scénario et les relations entre les personnages. Pour être bref, on se retrouve comme prévu devant un gros Sunrise qui sait attirer des hordes de fans comme peu de séries peuvent le faire.

Excellent (8,5-9,5/10)

 

A demain pour une présentation de xxxHolic kei, Special A, Zettai Karen Children, Vampire Knight et Allison and Lillia !

 

Publié dans Premier Episode

Commenter cet article