Séries du printemps 2009, première partie

Publié le par Jacut

Voilà, voilà, la nouvelle saison d'animés du printemps est enfin arrivée, et comme tant d'autres, je me colle à l'évaluation sommaire du premier épisode de ces nouvelles séries. Vous remarquerez que j'ai légèrement changé ma grille de notation pour refléter une notation partielle basée sur un seul épisode (et donc plus sur 10, mais sur 5), en reprenant toujours le même code couleur. Evidemment, premier épisode oblige, certaines notes tenderont à évoluer au fil du temps lorsque les séries seront plus avancées et la notation ramenée à une base 10.

 

Si tout va bien, je donnerai mes impressions sur les permiers épisodes d'une vingtaine de séries dans la semaine qui vient, au rythme de 4 séries par billet. Globalement, on note quand même que malgré la sortie d'un bon nombre de séries originales (les dernières saisons étant très riches en suites), cette saison est pour l'instant assez pauvre en gros hits mais aussi en animés de qualité, artistiquement parlant. Il y a néamoins quelques bonnes surprises, et quelques confirmations, mais pas de chef d'oeuvre à l'horizon (à noter que je n'ai pas encore vu Higashi no Eden !!!) pour l'instant et un nombre assez restreint de très bonnes séries.

 



K-ON

 

 

Le dernier petit bijou du studio star de la nouvelle génération d’anime fans : Kyoto Animation. Niveau staff, ce n’est pas une surprise, on retrouve beaucoup de gens des précédents KyoAni, dont le chara design et le directeur artistique de Lucky Star, le directeur de la photographie de Clannad After Story et des animateurs clé ayant travaillé sur Haruhi et les adaptations des jeux de Key. Et le mieux, c’est peut-être la participation de la grande Reiko Yoshida, toute auréolée de gloire après le triomphe Toradora !, qui signe ici le scénario de ce K-ON.

 

Et pour tout dire, autant j’ai parfois pu avoir des doutes sur certaines séries de ce studio, et son incapacité chronique à réaliser une œuvre majeure (si l’on excepte peut-être Haruhi) et/ou originale, autant ici, j’ai tout de suite adhéré à ce joli petit bout d’animé frais et sortant quand même des sentiers battus malgré un style très « Lucky Star rencontre Beck ».

 

Doté d’une direction magnifique et d’une animation d’un dynamisme à toute épreuve, K-ON nous raconte la formation d’un groupe de « light music » de jeunes lycéennes puis la vie de tous les jours de nos héroïnes. Les personnages sont justes, extrêmement attachants et drôles, et apportent une sorte d’insouciance et d’enthousiasme constants à cette petite histoire d’amitié si sympathique. Un excellent divertissement « slice-of-life/comédie/musique » que je vous recommande chaudement.

 

Mais ce que K-ON possède surtout, et ce que presque aucun autre animé récent ne peut se targuer d’avoir, du « cœur ». Vous savez, ce petit sentiment d’attachement que vous éprouvez en attendant le prochain épisode, ce petit feeling si caractéristique qui vous donne envie de continuer à suivre l’histoire et ses personnages, ce doux petit goût dans votre bouche quand l’épisode est fini et que vous avez passé un très bon moment devant votre écran ? Et bien c’est tout simplement ça K-ON. Je le conseille à tous, surtout que le second épisode ne fait que confirmer cette première impression : ce K-ON pourrait être au dessus de Lucky Star si son potentiel en venait à se confirmer.

 

Excellent: 4/5

 

 

Asura Cryin’


Wow. Ce fut ma réaction première après la fin de cet épisode introductif complètement apocalyptique. Et pas un bon « wow », mais plutôt un « wow » de stupéfaction et de résignation. Comment imaginer qu’un personnage comme celui-ci puisse être crée ? Une miko affligée de la voix stridente de Kugimin (petit sobriquet donné à la doubleuse Rie Kugimiya pour ceux qui ne connaîtraient pas) aux yeux vairons, visiblement tsundere jusqu’au bout des ongles. Just wow.

 

Et malheureusement, tout l’épisode est de cet acabit, le scénario est abracadabrantesque, les persos clichés au possible, la direction anecdotique, et le tout ressemble à une grosse mélasse de genres et de situations déjà vues des milliers de fois, et en bien mieux. L’apparition d’un mécha mal modélisé en 3D à la fin de l’épisode, dans cette série manifestement basée sur un setting « fantasy/school life » à la Harry Potter a conclu le deal pour ma part : je ne regarderai jamais le second épisode, je pense que c’est clair.

 

Un anime excessivement générique en somme, sans qualité notable, totalement inintéressant et qui ne mérite pas que l’on s’intéresse à lui sauf si l’on est un novice complet en animation japonaise (et que l’on a donc pas vu les myriades de séries du style qui lui sont supérieures), ou que l’on a vraiment envie de se distraire en mettant son cerveau en mode « off » pendant 21 minutes. Pourquoi 21 minutes vous allez me dire ? Et bien parce que les deux génériques qui complètent les 24 minutes de l'animé sont composés par Angela, tout simplement ! D’ailleurs, le demi point que j’attribue à la série est à mettre à l’actif du fantastique duo féminin d’Okayama à l’origine des OP/ED de Stellvia et tant d'autres, qui signe encore une fois deux excellentes partitions.


Mauvais: 0,5/5

 

 

Hayate no Gotoku!!


Suite de la sympathique série de JC Staff, Hayate no Gotoku !! (ou Hayate The Combat Buttler Second Season) repart exactement sur les mêmes bases que la première saison. « Bénéficiant » du « renfort » de membres de staff prestigieux comme Yousuke Kuroda (Gundam 00) au scénar’ et Yoshiaki Iwasaki à la direction (Love Hina), rien de notable n’a été ajouté à la recette de ce « comedy/romance » mettant en scène un majordome fauché protégeant une petite blonde tsundere riche comme Crésus (elle aussi doublée par Kugimin).

 

En gros, l’animation et la direction sont du même niveau que la première saison, la musique aussi, les personnages sont les mêmes et sont d’ailleurs tous présentés au spectateur dans ce premier épisode, même le sens de l’humour de la série est identique, les références otakus en moins. Ca reste donc assez drôle et bien senti globalement mais loin d’être révolutionnaire.

 

Dès lors pas grand-chose à dire sur ce début de seconde saison, le premier épisode est centré sur la réintroduction de tous les personnages et des tous les clichés classiques que l’on pourra trouver jusqu’à la fin de la série. Un parti pris assez intéressant pour attirer une nouvelle frange de fans vers l’animé, mais plutôt surprenant lorsqu’on voit le développement extrêmement faible des persos lors de la première saison et le pool de fans déjà existant (la seconde saison va-t-elle vraiment relancer la franchise Hayate ou bien n’attire-t-elle que les spectateurs de la première saison ? Je pencherais plutôt pour la deuxième proposition).

 

Rien de transcendant pour ma part, je trouve ça globalement barbant, répétitif et inconséquent, un peu dans le style d’un School Rumble, mais en moins créatif. D’un autre côté, je dois admettre que ça me fais rire (parfois), que l'animation est très bonne et que certains personnages sont vraiment énormes. En effet, j’ai rarement vu un animé où un personnage secondaire pouvait porter à lui tout seul la série et effacer tous les personnages principaux (oui je parle bien d’Hinagiku) sans problème au point de devenir l’égérie des fans et aussi des producteurs de la série, voire des scénaristes. Elle a d’ailleurs même son propre générique maintenant (l’ending), et a largement le rôle le plus intéressant de ce premier épisode. Si jamais je décidais de regarder cette série (ce n’est pas le cas), c’est sûr que ce serait uniquement pour le personnage d’Hinagiku, le reste n’a qu’un intérêt somme toute limité. D’ailleurs, à mon avis, un spin-of centré sur ce personnage serait beaucoup plus suivi par les spectateurs qu’une suite sur Hayate, mais bon…

 

Assez bon: 2,5/5

 


Saki

 

J’avoue que je ne sais pas quoi dire sur cette série, la scène d’intro ayant légèrement corrompu mon jugement d’entrée (une fille aux gros seins qui apparaît mystérieusement dans le champ de vision de l’héroïne, puis une scène orientée yuri ? What the fuck ?). Alors, pour résumer, on parle ici d’une petite série Gonzo qui a visiblement une ambition très limitée, et qui nous raconte l’histoire d’une jeune lycéenne détestant le mahjong mais se révélant rapidement être très douée pour ce jeu/sport et en plus, de disposer d’une chance hors du commun.

 

Dis comme ça, ça ne donne pas vraiment envie, et le premier épisode ne nous convainc pas plus. Très conventionnel de par sa réalisation (par le directeur de l’immonde Dragonaut) et son scénario, on a au début l’impression de se trouver devant un remake version mahjong de Bamboo Blade. Jusqu’à ce que l’on se rende compte que les personnages ne sont vraiment pas le point fort du titre et que l’on est loin de la très bonne série de Kendo suscitée, en raison d’un abus notoire de clichés et de vannes lourdes/inintéressantes.

 

Si l’on ajoute à cela une partie musicale absolument horrible et un aspect moe très poussé (poussif?), on obtient une série que je ne continuerai pas et que j’oublierai très vite. Cependant, j’imagine que cette série plaira a quelques personnes car elle semble être un peu prometteuse, mais n’est clairement pas pour moi. Instant drop !

 

Moyen: 1,5/5

 

 

 

 

Je voulais juste signaler que cet article a été écrit pendant l’écoute de la merveilleuse bande originale de Brain Powerd par Yoko Kanno (sans aucun doute, et de loin, sa meilleure OST). D’ailleurs, et à la demande de Mr Windy, je ferai peut-être un jour un article sur cette série mal aimée et injustement méprisée par le fandom Gundamo-Evangeliono-otakuesque, qui mérite tout sauf les médisances que l’on fait sur elle, et devrait même être réhabilitée parmi les très bonnes séries de Tomino.

Publié dans Premier Episode

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

dissertation editing services 15/09/2009 08:53

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!! ______________________dissertation editing services

Jacut 11/04/2009 12:27

Euh exact Kirox, merci pour cette précision ;) Je savais que le studio avait changé mais j'ai été trop fainéant pour vérifier qui avait fait la première saison et du coup j'ai écrit un truc faux (ne devenez jamais fainéant, c'est très mal !).

Windspirit 10/04/2009 21:19

Can't wait for the Brain Powerd blog post. :)

Kirox 10/04/2009 19:20

Concernant Hayate no Gotoku, en fait la première saison avait été produite par le studio Synergy SP, et c'est JC Staff qui a repris le flambeau pour la saison 2 (d'ailleurs ça se voit bien quand on a vu la saison 1 en entier, le chara design est légèrement différent).