Séries du printemps 2009, deuxième partie

Publié le par Jacut

Fullmetal Alchemist Brotherhood

 

Alors, venons-en maintenant à l’animé le plus attendu de la saison, suite du blockbuster international Fullmetal Alchemist, deuxième licence phare du monde de l’animation japonaise après Naruto, j’ai nommé Fullmetal Alchemist Brotherhood. J’ai déjà avoué sur plusieurs autres blogs n’en avoir absolument rien à faire de cet animé, car j’avais très peur de me retrouver devant un nouveau BONES sans scénario ou bien une pâle repompe du premier opus en moins bien. Et bien après avoir vu et analysé ce premier épisode, je dois dire que j’avais tord sur les deux points.

 

En effet, ce Brotherhood reprend non pas la première série mais les bases du manga original d’Hiromu Arakawa (ça je le savais déjà en fait), et plutôt bien même. De plus, il n’est plus dirigé par Seiji Mizushima (Shaman King, FMA, Gundam 00…) mais par l’excellent Yasuhiro Irie (KURAU Phantom Memory, l’OP 1 de Soul Shitter…) et d’entrée, ça se voit. La direction est sans conteste largement supérieure à celle de Mizushima avec des angles de vue originaux et bien sentis, une caméra très inventive et maîtrisée, et le tout est très dynamique, concis et précis, c’est bien simple, d’un point de vue réaisation, il n’y a quasiment rien à jeter dans ce premier épisode. L’introduction de l’intrigue et des personnages est tout ce qu’il y a de plus réussie, et l’on sent une intelligence certaine de la part du staff de la série qui ne réintroduit pas tout de façon laborieuse mais enchaîne directement sur l’essentiel et sur les parties que le spectateur a envie de voir : les parties originales, et en particulier de l'action, de l'humour et des intrigues politiques.

 

Du côté des points faibles, ça n’a quand même pas beaucoup évolué du côté de la technique en 5 ans, et je suis horrifié par les cheveux des persos sans trame à chaque fois que je les vois apparaître à l’écran. Et c’est tout. Le reste est très supérieur à la première série sur tous les points pour l’instant et tient sans aucun doute le très haut du pavé des shonens sortis récemment (mais va-t-il battre Kekkaishi - avec qui il partage d'ailleurs le scénariste principal Hiroshi Ohnogi - telle est la question ?). Un très gros potentiel donc pour résumer, et si tout va bien, Brotherhood devrait rester bien au dessus de son prédécesseur, premièrement parce qu’il reprend le scénario original et ne met donc pas trop à contribution les brillants scénaristes de BONES, deuxièmement parce qu’Irie est bien meilleur que Mizushima (avis personnel), troisièmement parce qu'Akira Senju (Victory Gundam, Red Garden) s'en sort au moins aussi bien, si ce n'est mieux que Michiru Oshima  (Le Chevalier d'Eon, Xam'd) niveau musiques, et dernièrement parce que j'y crois dur comme fer. Ca fait longtemps que je n’ai plus dis ça, mais : bravo BONES, good job for once ! Comme quoi quand on emploie le bon staff…


Excellent: 4/5

 


Natsu no Arashi!


Créée par l’auteur de School Rumble, Jin Kobayashi, et produite par le studio SHAFT (Sayonara Zetsubou Sensei, ef, Mahoromatic avec la GAINAX...) cette petite série de comédie romance a manifestement bénéficié d’un budget très limité, comme le prouve son character design assez grotesque et son animation de faible niveau. Néanmoins, la mise en scène est aussi efficace qu’originale (merci Shin Oonuma, excellent réalisateur des deux séries d'ef) et les personnages sont relativement attachants, donc pourquoi ne pas se laisser porter par ce sympathique premier épisode ?

 

Si l’on ajoute à ça un rythme très dynamique et certains plans vraiment drôles, un concept tout ce qu’il y a de plus fun (des persos qui font des chassés-croisés dans le temps pour retrouver une fraise au pouvoir dévastateur) et une introduction plutôt bien conçue, on se trouve là devant un beau petit animé qui pêche principalement sur la technique. Néanmoins, je doute que la série reste aussi intéressante et novatrice d'ici quelques épisodes, tout comme School Rumble m'a vite plongé dans l'ennui sur le long terme. Le fait qui m’a, au final, le plus étonné dans cet épisode, est quand même cette fascination pour les nombrils (féminins ET masculins) de la part du staff de l’animé, puisqu’on en voit dans quasiment toutes les scènes, fait qui est assez rare pour être souligné.

 

On finit le tout sur deux excellents génériques et une ambiance sympa, et l’on se dit que peut-être, ce Natsu no Arashi va se laisser regarder gentiment sans rien dire toutes les semaines, comme School Rumble s’est laissé regarder gentiment sans avoir de qualités incroyables (et a même mal supporté l’enchaînement des épisodes). Ou peut-être pas, d’où la note.


Assez bon: 2,5/5

 

 

Shangri-La


Parlons maintenant du fameux Shangri-La, ou le retour de Renji « Range » Murata dans un show SF de Gonzo, sur les terres du Last Exile qui l’a fait connaître. Animé lui aussi hautement attendu, surtout dans les sphères otaku, Shangri-La colle une grande claque d’entrée grâce à sa technique proche de la perfection. Le chara-design de Murata est toujours aussi beau, l’animation est énorme, l’intégration 3D est parfaite pour une fois, et on s’extasie devant une direction artistique parfois plus qu’impressionnante (pfiou, la scène d’extérieur au début quand l’héroïne quitte la prison !!!). Et l’OP et l’ED sont juste fantastiques, tout comme la BGM qui est clairement de très, très haut niveau. Formellement parlant, c’est remarquable donc.

 

Après, pas grand-chose à dire concernant ce premier épisode au niveau scénario, qui vogue sur la tendance très à la mode de faire du social et de l’environnemental (on va me dire : « oui mais Miyazaki il fait ça aussi », et je répondrai : « oui, mais lui ça fait trente-cinq ans »), ici mixé avec de la SF post-apocalyptique. Why not après tout, une bonne fable écologiste SF, ça n’a jamais fait de mal à personne (ah, on me signale que si, ça a déjà fait mal à Gonzo avec Origine), surtout que ça ressemble à un animé plutôt original et pas à un remake de Nausicaä. Niveau personnages, Kuniko est mignonne comme tout, parait intéressante en tant que perso principal, et pourrait nous réserver pas mal de surprises au niveau développement, et on ne pourra pas reprocher à Gonzo de ne pas avoir fait dans l’original avec des persos de toutes les couleurs, de tous les âges et de tous les sexes.

 

Sur le fond néanmoins, on n’a rien de vraiment novateur pour l’instant, que du déjà vu, mais que du bon déjà vu. Je mets donc un appréciable 3,5 pour les promesses et le potentiel de l’animé, et rien que pour avoir le plaisir de regarder pour une fois une série de SF/aventure avec un univers qui semble un tant soit peu développé, je soutiens cette série. J’en ai marre de toutes ces séries moe/otaku/school life (quoique la tendance est moins à ce style d'animés cette saison) et juste pour ça, je regarderai et j’apprécierai je l’espère Shangri-La.

 

Très bon: 3,5/5

 

 

Pandora Hearts

 

Encore une fois une série sur laquelle je n’ai presque rien à dire tant elle m’a semblée transparente. Alors, c’est adapté d’un manga assez connu et assez apprécié de type fantasy/gothique, et croyez-moi, on le voit dès les premières secondes. Par contre, ce que j’ai du mal à voir, c’est pourquoi adapter un animé quand même assez attendu par ses fans (car il en a manifestement) et commencer par un épisode graphiquement pire que tout, où le chara-design, l’animation et la direction frisent la nullité ? Et je ne parle même pas du doublage au début de l'épisode, c’est tout simplement atroce d’un point de vue technique, merci Xebec (et dire qu'ils ont fait il y a quelques années de celà Stellvia...).

 

On se demande ensuite si il restera un sens épargné par la médiocrité de cet animé, et heureusement, on se rend compte assez rapidement que FictionJunction (pour les génériques) et Yuki Kajiura sont aux manettes côté musique, et Dieu que ça relève le niveau. Et comme si ce n'était pas suffisant, on se rend compte ensuite que l'héroïne est doublée par Miss Ayako Kawasumi (Lafiel, Saber, Kurau, Mahoro, Nodame, Fuu...), ma seiyuu préférée. Ouf, mes oreilles sont sauves !

 

Ca, c’était pour les bons points de l’animé. Après on passe sur le scénario vu cent milliards de fois, qui ne semble pas si mauvais tout compte fait, juste peu original, dans la veine des dernières séries gothiques populaires. Et on enchaîne sur les persos pour dire exactement la même chose : c’est classique, peu remarquable et déjà vu. Bon, je ne suis pas fan des animés de magie/fantasy, mais la c’est d’un générique, on dirait de la soupe… Le seul truc dans la série qui lui fait éviter la débâcle, c’est le perso féminin légèrement taré nommé Alice et interprété par ma muse ainsi que la musique de Kajura en somme, pour le reste vous pouvez passer votre chemin sans problème à mon humble avis. Pas mauvais mais loin d'être transcendant en somme.

 

Assez moyen: 2/5

Publié dans Premier Episode

Commenter cet article