Kiba

Publié le par Jacut

Série d’aventure, shônen du premier semestre 2006 – 26 Episodes ?

L’animé que je vous présente est une des très agréables surprises de l’année, que j’ai failli rater tellement le registre dans lequel il évolue –shônen- est commun et balisé. Bien au contraire, Kiba est, lui, mystérieux et très surprenant. Sortie il y a peu sur Tv Tokyo, cette série est une des nouvelles créations Madhouse (Lodoss, Gunslinger Girl, Metropolis, Monster, la majorité des Clamp…), créée par des jeunes auteurs du Studio dont je n’avais pas encore entendu parler.


Suivant les aventures de deux amis transportés d’un monde étrange à vocation futuriste à un autre plus heroic-fantasy (mais transportés à deux endroits différents si bien qu’au 16eme épisode ils ne se sont toujours pas retrouvés !) où l’utilisation d’esprits magiques est courant, Kiba sort dès le premier épisode des sentiers battus grâce à son héros, Zed, un des rares VRAIS héros rebelles de l’animation Japonaise (au même titre qu’un Camille Bidan de Gundam Zeta). Des personnages qui, d’ailleurs, ont une personnalité très marquée, sombre parfois et recèlent de nombreux secrets, chose peu courante dans un animé qui se veut « shônen », donc ciblé sur les adolescents voire jeunes garçons.


Le monde dans lequel on évolue est assez cohérent, avec différents groupes et cultures qui semblent plausibles, et on note que les décors sont particulièrement fouillés. D’un point de vue technique, la réalisation est très inégale mais plutôt bonne dans l’ensemble, malgré quelques épisodes carrément ratés du coté de l’animation et de la cohérence du design. Mais on oublie très vite ces petits défauts tant ce Kiba est prometteur et rempli de surprises.


Ce qui me plait dans cet animé est le fait que l’on évite tous les clichés du style ou presque, et il y a aussi cette noirceur, cette dureté dans le scénario (très rondement mené) et certains personnages, qui en fait un « shônen » très supérieur aux autres, plus engagé, plus complexe, violent aussi bien scénaristiquement que psychologiquement et surtout moins commercial ! Kiba ne fait pas de concessions à son spectateur.


Pour résumer, Kiba fait partie de ces séries qui ne payent pas de mine mais qui fourmillent d’idées et qui possèdent un potentiel insoupçonné. Ainsi, on a l’impression que l’animé est réservé aux jeunes garçons, mais finit par dévier vers une cible plus adulte, plus avertie, ce qui n’est pas pour me déplaire. On ne sait jamais ce qui nous attend et où les créateurs veulent nous emmener, mais c’est pour mieux nous démontrer la maîtrise dont ils font preuve et que finalement, tout était parfaitement réfléchi même si cela paraissait décousu de premier abord.


Kiba est un bon Madhouse, ce qui est très flatteur je trouve.

Notation : Très Bon

Publié dans Série En Cours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article