Zero No Tsukaima

Publié le par Jacut

Série de comédie, heroic-fantasy de l’été 2006 – 13 Episodes

Cette nouvelle série, sortie il y a moins d’un mois, a été développée par un studio de production bien connu, surtout dans ce style d’animés, JC Staff : Excel Saga, Tsukihime, les Slayers, Shakugan No Shana et bien d’autres. L’équipe technique est composée du directeur de Love Hina et les OAVs d’El Hazard par exemple, et du scénariste d’Elfen Lied, enfin des références du style en somme. On imagine donc que l’équipe derrière Zero No Tsukaima sait largement ce qu’elle fait et que la qualité sera au rendez-vous, à défaut peut-être d’une grande originalité.

L’animé prend comme point de départ une académie de magie tout ce qu’il y a de plus noble dans un monde heroic fantasy assez banal. L’une de ses étudiantes de deuxième année, Louise, est surnommée affectueusement par ses camarades « Zero No Louise » pour son incapacité chronique à réussir un seul tour de magie, et mieux, à systématiquement provoquer les pires catastrophes dès qu’elle active sa baguette. Victime de toutes ces railleries, elle décide de sortir le grand jeu lors de la cérémonie d’invocation de familier(évènement unique dans une vie, qui détermine le devenir universitaire des étudiants), dans laquelle elle place tous ses espoirs. Quelle n’est pas sa surprise quand apparaît devant elle un vulgaire humain (la surprise est d’ailleurs réciproque puisque le pauvre Hiraga Saitou est téléporté contre son gré dans un monde qu’il ne connaît pas !) sorti tout droit d’un pays lointain que l’on nomme Japon, et qu’elle est forcée de pactiser avec lui et d’en faire son compagnon jusqu’à la fin de ses jours…

Zero No Tsukaima, ou « Le familier de la Zero », mêle habilement l’heroic-fantasy à la Harry Potter, et la comédie romantique à la Japonaise, le tout avec une certaine maîtrise et une réalisation impeccable. Le design général est très agréable et je n’ai vraiment rien à redire sur l’animation, ni sur la mise en scène, qui est très dynamique, mais reste conforme aux bons animés du genre. Les musiques sont mignonnes, sans plus, et demeurent l’un des points les moins marquants de cette série…

L’histoire met en valeur de nombreux personnages aux caractères différents et on retrouve les archétypes de base : la jeune fille un peu hautaine et énervante mais qui cache un bon coeur, la séductrice à forte poitrine et très sûre d’elle, le jeune Japonais un peu paumé mais juste et brave au combat, le playboy raffiné et méprisant avec sa rose à la bouche, la « maid » très douce et compréhensive etc…, ce qui permettra d’engendrer de nombreuses situations différentes et cocasses lors des 10 épisodes à venir. Louise, par exemple, est un personnage très attachant à défaut d’être original (avec la même seiyu que Shana, à qui elle ressemble psychologiquement d’ailleurs) et nous réserve certainement pas mal de surprises, même si on voit déjà à peu près quel chemin elle va suivre dans le reste de la série, et ce dès le deuxième épisode. Rien de transcendant donc, mais du déjà vu, du solide, et de l’efficace.

Coté scénario, rien que du très simple mais accrocheur ce qui n’est pas plus mal, et je pense que cela attirera une large base de fans, et nulle doute que sa carrière commerciale sera couronnée de succès ! Tout s’enchaîne vite et bien, dans une vague d’émotions, d’action, et de comédie en ne laissant pas le temps au spectateur de souffler. Maintenant, pour la profondeur, il faudra repasser, ou regarder d’autres séries à coté, vu que ce Zero no Tsukaima est un pur moment de détente et de plaisir plus que de réflexion.

Ce qui est sympathique, c’est que l’on a l’impression de voir une situation inversée par rapport à la société Japonaise, où la femme (ici Louise) détient tous les pouvoirs, faisant de Hiraga Saitou son domestique/animal (un peu comme Azalyn et Tyler dans Irresponsible Captain Tylor, un des chefs d'oeuvre du genre), et je dois avouer que c’est assez surprenant et drôle. L’originalité n’est donc pas à chercher dans la forme, mais purement dans la symbolique de la série, bien que Shana (encore elle !) soit déjà passée par là, et était bien plus prometteuse dès ses débuts. Très drôle et bien fait, sans vraiment révolutionner le genre, mais avec une multitude de bonnes idées bien pensées et bien réalisées, Zero No Tsukaima plaira sans nul doute à tous les amateurs du genre, et attirera peut-être même des curieux tels que moi vues ses qualités certaines.

Notation : Très Bon

Publié dans Premier Episode

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article