NHK Ni Youkoso! (Welcome To The NHK!)

Publié le par Jacut

Série de comédie de l’été 2006 – 24 Episodes

Encore une nouveauté Gonzo. Je ne sais plus quoi faire lorsque je vois le nom de ce studio s’afficher à l’écran. J’ai eu tellement de mauvaises surprises avec eux… Mais aussi d’excellentes, alors que nous réserve ce NHK Ni Youkoso ! ? Je ne sais pas pourquoi, mais quand j’ai vu le nom des deux principaux créateurs de cette série, Satoru Nishizono, déjà scénariste de Naruto, Jigoku Shoujo, et .hack//Legend Of The Twilight Bracelet, et le réalisateur M. Yamamoto qui a storyboardé Gundam SEED Destiny ou encore Haibane Renmei, j’ai eu un bon pressentiment. J’avais envie de regarder cette série et de faire confiance à Gonzo et aux concepteurs originaux du manga dont il est tiré.


Le héros est un hikikomori de 21 ans (un otaku puissance 10, puisque le sujet n’a aucun contact avec le monde extérieur) qui est resté enfermé dans sa chambre depuis 3 ans après avoir échoué à ses examens et qui va rencontrer miraculeusement une jolie jeune fille un jour qu’il daigne prendre le risque énorme d’ouvrir sa porte… Celle-ci s'interesse à son cas et lui propose de le guérir de sa "maladie" en le faisant participer à son programme de réinsertion pour hikikomori. Ensuite, à force de mythomanie, il se retrouve embarqué dans un fou projet de création de jeu érotique pour bien faire comprendre à sa (peut-être future) belle qu’il travaille dur et n’a jamais été un otaku (vous remarquerez l'ironie de la situation).


Comme vous avez pu le deviner, cet animé est complètement déjanté, les scènes réelles sont entrecoupées d’hilarants moments de délire visuel orchestrés par le très excentrique héros. En effet, ce personnage principal, Satou, est complètement déconnecté de la réalité, hallucine à longueur d’épisode et « part en trip » littéralement (sans usage de substances qui plus est, hein Emil ^^), en emmenant avec lui le scénario et une caméra toujours bien placée.


Le titre, qui vaut à lui seul un grand paragraphe, vient du fait que ce même héros pense que tout ce qui lui arrive depuis des années, lui qui accumule les échecs, est le fait d’un société secrète manipulant dans l’ombre son Destin, la NHK (Confrérie des Hikikomori Japonais), mais on fait évidemment tout de suite l’analogie avec la NHK, la plus grosse chaîne de TV de l’archipel (un peu comme si une série parodique était produite en France sous le titre de « Bienvenue à TF1 » avec comme antagoniste une organisation maléfique nommée TF1 !!!).


Et puis NHK Ni Youkoso ! fait partie du cercle fermé des animés qui ne nécessitent pas une animation exceptionnelle mais qui pourtant sortent du lot (avec Haibane Renmei, Suzumiya Haruhi No Yuutsu et quelques autres), ce qui signifie que la qualité technique est bien trop importante compte tenu de la nature de la série, avec très peu d’action ou de scènes de groupes (n’allez pas imaginer des choses…). Bien entendu, la qualité technique est un bon point, même si elle n’était pas nécessaire à la base !


Autre point très positif, les personnages, au nombre de trois pour l’instant, qui ont tous quelque chose de spécial et de puissant, surtout le héros et cette jeune et charmante Misaki, parfait personnage principal féminin pour l’instant, tentant désespéremment de faire sortir Satou de son statut social peu enviable. En réalité, je suis presque surpris par le fait qu’au bout de deux épisodes la série m’ait déjà conquis et j’en suis même venu à apprécier tous ses personnages…


J’ai, de plus, bien aimé la bande originale, très entêtante et atmosphérique, et correspondant à la perfection aux pensées du héros. Le générique de fin est, lui aussi, décalé et du meilleur goût, tandis que le générique d’intro est très classique, par Round Table, un groupe connu au Japon.


Les qualités principales de ce NHK Ni Youkoso sont qu’il est très original et bien senti, et qu’il apporte vraiment quelque chose au spectateur au final. Déjà, parler du problème de l’enfermement dans la société Japonaise est une chose, mais en plus le faire passer par l'un des vecteurs principaux de cet enfermement (l’animé), c'est osé. De plus, exposer le tout dans une histoire comique en traitant par l’absurde ce phénomène de société très grave, je trouve cela tout ce qu’il y a de plus louable et de plus intelligent. Vraiment une grande réussite, qui pourrait même peut-être faire de l’ombre à Suzumiya Haruhi No Yuutsu sur le long terme. Du grand  Gonzo !


Notation : Excellent

Publié dans Premier Episode

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article